Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

www.atdm34.net

J'ai lu attentivement "Les clowns dans la grande guerre". Je rends bien volontiers hommage aux professeurs, organisateurs, réalisateurs de ce spectacle, en particulier aux enfants/acteurs. 
Mais je ne peux pas le cautionner en tant qu'amoureux de mon pays, la France. Les deux chansons d'auteurs anarchistes, si connus et appréciés soient-ils pour leur talent, glorifient la désertion en temps de guerre et ironisent sur la Première guerre mondiale, "celle que je préfère" , dit Brassens, 
Les héros de la Grande Guerre n'y sont plus que des victimes et les sacrifices consentis pour notre liberté n'y trouvent aucune justification.
Et comme la mode est de donner la parole aux enfants, on propose "la guerre aux déchets", utile et même indispensable, mais assez peu en rapport avec les grandes lignes de fracture d'aujourd'hui.
Quoiqu'on dise et quoiqu'on fasse, la guerre est inhérente à la vie des hommes. Faire de notre pays, un havre de paix éternelle est un espoir fragile. Les forces obscures, les rivalités sont toujours à l'oeuvre.
Il est bon que le sacrifice "des poilus" pour notre liberté soit magnifié et qu'ils ne soient pas présentés comme des victimes,
La vie a  un côté "combat"; le monde n'est pas toujours beau et gentil. Même les jeunes enfants le savent. Et l'enfant lui-même n'est pas naturellement bon, et nous non plus.
En résumé, "les clowns fouillent la grande guerre", c'est de l'enfantillage orienté.
Je souhaite à tous ses enfants/clowns qu'ils soient solidement formés moralement et intellectuellement pour agir pour le bien de la France et la défendre si besoin dans le brouillard mondial qui vient.
"Heureux ceux qui sont morts pour la terre charnelle...Heureux ceux qui sont morts dans une juste guerre..." (Charles Péguy, mort pour la France le 5 septembre 1914 à Villeroy) - 

Commentaire qui n'engage que son auteur : le Lieutenant-Colonel (ER) Michel BAIN, Officier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Officier de l'Ordre National du Mérite

Promotion ADC MARGUIER

PROMOTION « ADC Marcel MARGUIER »

Par Michel MARGUIER le 12 juin 2019

Quelques photos

Promo ADC MARGUIER

Les plis du drapeau recèlent bien des vertus. Les anciens le savent et les nouveaux s’en nourrissent… L’illustration est parfaite, à Saint-Maixent, ce mardi 4 juin, lors de la cérémonie de remise des galons à la 329e promotion de l’Ecole Nationale des Sous-Officiers d’Active dont le major, le sergent Victor GALLOIS, a choisi le 3e RPIMA de Carcassonne.

 Une cérémonie de très haut niveau et un parrain d’exception : l’Adjudant-chef Marcel MARGUIER ; Résistant en pleine adolescence dans sa Franche Comté natale et aussitôt combattant au sein de la Première Armée ; Puis figure emblématique de la Coloniale et de tous ses combats de l’après-guerre ; de l’Indochine (au cœur du célèbre commando "VANDENBERGHE") à l’Algérie, à la Tunisie et au Niger ; Quinze années d’une extrême densité reconnues et saluées par ses chefs, ses frères de combat et par la Nation ; blessé il ne renonce jamais; Marcel MARGUIER, est plusieurs fois cité pour ses nombreux fait d’arme et est fait Chevalier de la Légion d’Honneur pour services exceptionnels, à 27 ans. Décédé le 22 novembre 2010, à Montpellier, il a été honoré, reconnu et couronné dans notre belle école des Sous-officiers à Saint-Maixent. D’une profonde modestie et d’une totale exigence pour lui-même tout au long de sa vie, Marcel resta toujours proche de la jeunesse en mouvement, prompt à la soutenir dans l’adversité. En ce sens, pour sûr qu’il eût profondément apprécié cette rencontre avec les élèves « sous-off de Saint-Maix ». Lesquels se sont empressés à lui témoigner une reconnaissance posthume. Une reconnaissance reçue avec émotion et tendresse par son épouse, Suzanne, sujette à bien des attentions. Tellement proche depuis toujours de l’ouverture d’esprit et du sens de l’adaptation des soldats coloniaux, elle fit le long déplacement depuis l’Hérault en compagnie de Paul CHASSAGNEUX, président de l’ATDM34, et de Jacques BOUTHIER, notre Ancien, acteur lui aussi, du conflit indochinois sur les mêmes zones d’action que Marcel ; Intarissable conteur de son étonnante histoire personnelle et de celle d’une France engagée les armes à la main.

1

Autant dire que l’émotion fut intense pour chacun, lors de la remise solennelle du chevron à ces jeunes élèves sur la place d’armes de l’école en présence des autorités civiles et militaires ; cérémonie présidée par le Général de Corps d’Armée Daniel MENAOUINE, directeur du service national et de la jeunesse et du général Jean-Michel GUILLOTON, commandant l’ENSOA ; Ce dernier se montrant, à de nombreuses reprises, particulièrement attentif et chaleureux à l’égard de la délégation montpelliéraine ;

17 34 

De même que le lieutenant-colonel Richard VALER, commandant le 6e bataillon. Moment fort de la cérémonie : la présence exceptionnelle du drapeau, du 6e Bataillon d’Infanterie de Marine, porté par le Président des Sous-Officiers du 6 et du Colonel de KERANGAL, chef de Corps, venus de Libreville. La boucle était bouclée avec la venue des héritiers du 6e RIC, régiment dans lequel fut affecté le parrain de la promotion, à Haiphong, en janvier 1946.

Désormais, les élèves de 329e promotion « ADC Marcel MARGUIER » ont rejoint leurs régiments respectifs aux confins de la France. C’est maintenant à eux de construire leur histoire, à la fois individuelle et collective. Puissent-ils conserver longtemps en eux ce chant dont les mots furent composés, à leur initiative, par la promo et qui commence ainsi : « Promotion entend l’appel de ton nom, ce glorieux matin, chantons notre ancien. »

Michel & Suzanne MARGUIER

42

RECUEILLEMENT, PARTAGE, SOLIDARITÉ

Le 6 avril chez les Pères Missionnaires à Montferrier
Une météo humide et fraîche pour se retrouver tôt le matin dans le petit cimetière où reposent 183 Pères missionnaires. Le Père Daniel CARDOT, Père supérieur, nous y accueille ; Daniel SCHIRA, notre Clairon, arrivé la veille de l’Aveyron accompagné de Nicole est prêt ; Daniel VERIN porte notre drapeau ; Claude VERIN a apporté un très beau bouquet.
img 1290
L’hommage rendu au Père Albert MATHIEU, notre Ancien (né en 1915) et membre de l’ATDM34, est empreint de ferveur et d’amitié. La sonnerie « aux morts » salut notre Ami Légionnaire, Médaillé Militaire et Chevalier de l’Ordre National du Mérite qui a consacré sa vie de Prêtre et de Soldat au Service des Autres.
Nous rejoignons la maison de retraite et retrouvons Jacqueline RIBOULOT, veuve de Fernand (anniversaire de son décès il y a 3 ans), covoiturée et déposée par Serge RESBEUT. Nous retrouvons quelques Anciens mais aussi des connaissances venant spontanément avec le sourire à notre rencontre.
img 1304
Le Père Emile POTIER, 89 ans, officiant du samedi, rayonnant de bonheur nous accueille dans la chapelle. Il a toujours la même vivacité et la même petite flamme espiègle et malicieuse au fond des yeux…
Le recueillement est sincère ; l’environnement propice à la rétrospective et à la détermination ; Un havre de paix pour chacun. L’homélie, courte et synthétique concoure à la réflexion & à la remise en cause des modes automatiques...
Le sympathique apéritif apporté et préparé par Claude et Daniel concoure à rassembler, à délier la langue, à poser des questions mais contribue surtout à partager des souvenirs…africains ; un excellent moment clôturé par notre hymne joué à la trompète pour la première fois en public par notre ami Daniel SCHIRA.
img 1309
Merci à Claude et à Daniel VERIN pour cette belle organisation et au choix de la bonne table du restaurant HELIOTEL où les hôtesses nous attendaient avec… le sourire !
PC

  Journée culturelle de l'ATDM34 du 14 mars 2019

p1020289
L’Unité de lieu a été très respectée. Matinée à BAILLARGUES devant la fresque Napoléonienne, repas très convivial au VINA WOK et après midi consacré à la visite du musée Saharien de Bernard ADELL au CRES. Le tout s’est déroulé avec une bonne météo et des « guides » d’une extrême compétence.
20190314 113042
Nous étions 36 membres de l’ATDM34 et sympathisants rassemblés à 10h45 le long du mur du cimetière de BAILLARGUES. Une heure de présentation d’une fresque remarquable signée Mme Claire ATON et commentée par M. Jean-Noël POIRON, gendarme (er). Ecoute très attentive de tous, en effet nous avions sous les yeux une merveilleuse bande dessinée grandeur nature de l’Empereur et son armée à laquelle se sont ajoutées des anecdotes succulentes de M. POIRON. Après une heure «d’histoire » nous savions tout sur les blessures du Gal LEPIC le Montpelliérain, les tenues panachées de Murat, les performances de Jean-Louis MICHEL épéiste martiniquais enfant de troupe à 11 ans, légionnaire à 29 ans, le bivouac et la vie de camp de l’Empereur entouré de sa garde et de ses grognards.
p3140492
Après cette formation culturelle, il nous a fallu nous restaurer au wok de Baillargues où, regroupés dans une salle réservée nous avons dégusté à volonté les spécialités asiatiques souvent recherchées par les coloniaux que nous sommes.
p3140499
L’après-midi a été consacrée à la visite guidée du musée Saharien au CRES. M. Bernard ADELL, membre de l’ATDM34 et propriétaire du lieu, a captivé son auditoire par les objets présentés et les commentaires assortis. Que de plaisir à découvrir ou à retrouver nos grandes figures civiles et militaires de l’exploration du désert. Un très beau film et une petite collation bienvenue nous ont permis de conclure cette riche journée.
Pour ceux qui n’ont pas pu se libérer, la fresque est visible jour et nuit, sans les commentaires de M. POIRON et le musée vous ouvre ses portes tous les jours, exceptés le mardi et le dimanche. Les deux sites sont impérativement à voir.
Merci à M. LEEHNARDT Bernard de Baillargues qui nous a facilité cette présentation.
Jean-Yvon FEVRIER